Le métier de commissaire priseur

Le métier de commissaire priseur

Après que de biens appartenant à des entreprises ou à des particuliersont été saisies, ces derniers sont généralement vendus au cours d’enchères publiques. Et la personne chargée de diriger ces enchères publiques est appelée commissaire-priseur. De nombreux étudiants travaillent maintenant dans ce milieu et partagent très fréquemment leurs avis dans la rubrique avis lim’art.

Quel est le rôle du commissaire-priseur ?

commissaire-priseur.jpg

Le commissaire-priseur a pour principal rôle d’effectuer les ventes aux enchères publiques de bien provenant de saisies ou encore de succession. Ces biens peuvent être des objets d’art, des marchandises, des antiquités, des matériels de bureau, des ustensiles et tous autres types de biens, sauf immobiliers.
Pour que la vente aux enchères se déroule dans les meilleures conditions et soit une réussite, le commissaire-priseur est généralement amené à effectuer l’expertise des biens, l’évaluation de leur valeur, mais aussi l’organisation des expositions et même la constitution des catalogues.
Suite à la réforme du 10 juillet 2000 et au décret du 19 juillet 2001 portant sur la distinction de deux acteurs différents pour un même corps de métier, les commissaires-priseurs ont été divisés en deux types : les commissaires-priseurs judiciaires et les commissaires-priseurs qui travaillent pour le compte de sociétés commerciales ou de ventes volontaires.

Comment devenir commissaire-priseur ?

comment-devenir-commissaire-priseur.jpg

Pour devenir commissaire-priseur, il faut avoir suivi une formation en droit et en histoire de l’art, arts appliqués, archéologie ou arts plastiques et être en possession des diplômes afférant à ces formations.
Les deux diplômes doivent au moins être de niveau bac+2 et au moins l’un d’eux doit être de niveau bac+3. Autrement dit, avec un bac+2 en droit et un bac+2 en histoire de l’art, il est impossible de devenir commissaire-priseur. La raison est simple. Pour pouvoir effectuer ce métier, les candidats doivent passer un examen d’accès à un stage qui requiert la présentation d’un diplôme bac+2 et bac+3 ou mieux (bac+3 et bac+3, etc.).A noter que durant cet examen, les candidats sont interrogés sur les domaines artistiques et juridiques.
Les candidats passent cet examen dans l’espoir d’accéder au stage rémunéré, d’une durée de deux ans, au sein d’un office de commissaire-priseur judiciaire. L’obtention du certificat à la fin du stage donnera la possibilité aux candidats d’exercer la profession au sein de l’entité de leur choix.